Lundi 24 octobre – 20h

Quelques jours avant sa sortie en salles le 02 novembre 2016, L’éléfàn vous propose de venir découvrir en avant-première le film Food Coop ! Un très bon moyen d’en savoir plus sur le fonctionnement des Super marchés Coopératifs et de découvrir par la même occasion le projet Grenoblois.

Cette projection, au nombre de places limités, sera suivie d’un moment d’échanges avec Tom Boothe, réalisateur du film et fondateur de La Louve à Paris !


• Le film Food Coop c’est quoi ?

En pleine crise économique, dans l’ombre de Wall Street à New York, une institution qui représente une autre tradition américaine, moins connue à l’étranger, est en pleine croissance. C’est la coopérative alimentaire de Park Slope, un supermarché autogéré où 16 000 membres travaillent 3 heures par mois pour avoir le droit d’y acheter les meilleurs produits alimentaires, pour la plupart biologiques, dans la ville de New York aux prix on ne peut moins chers. Inspirant autant de haine que d’enthousiasme, cette coopérative fondé en 1973 est sans doute l’expérience socialiste la plus aboutie aux Etats-Unis.

• Infos utiles

– Lieu : Cinéma le Club – 9bis Rue du Phalanstère, 38000 Grenoble
– Tickets : 6€, réservations à effectuer directement auprès du cinéma
– Durée : 97 minutes de film plus environ 1h de débat

• Revoir la bande d’annonce

Nichée dans les entrailles de New York qui, pour beaucoup, incarne aussi bien les gloires que les horreurs de l’esprit capitaliste, se trouve une institution extrêmement prospère, tout aussi américaine, et certainement plus performante que Wall Street mais, dont le but est entièrement non-lucratif.

Cette institution c’est la Park Slope Food Coop – la coopérative alimentaire de Park Slope – qui, en cette période de récession économique, connaît une croissance éblouissante. Elle est un lieu dynamique, à la croisée des courants culturels.

La Park Slope Food Coop a ouvert ses portes en 1973 et comptait dix membres.
Elle s’inscrivait dans une vague de création de « coopératives alimentaires hippies » très nombreuses à l’époque. Il s’agissait de donner quelques heures de travail chaque mois en échange de quoi les membres pouvaient bénéficier de prix quasiment de gros sur de nombreux aliments de base, le plus souvent en vrac. À cette époque, le style de cuisine allait de pair avec ce type de commerce qui se voulait naturel, hippie, une cuisine à la fois anti-industrielle et anti-gourmet. Riz brun, avoine, poivre de Cayenne.

Pendant les années 1980, la plupart de ces petites coopératives ont fini par disparaître, et celles qui ont survécu sont presque toutes devenues des « coopératives de consommateurs », l’adhésion ne s’y faisant plus sur la base du travail bénévole, mais sur celle d’un droit d’inscription contribuant au capital du magasin. Le résultat fut que le prix de la main-d’oeuvre a alors alourdi le prix de revient des aliments achetés par ses membres. Pour ces magasins, ce changement était nécessaire pour s’adapter au climat moins idéaliste et plus orienté vers la réussite professionnelle des années 1980.

La Park Slope Food Coop fait exception en ce qu’elle maintient toujours cette obligation de travail, tout en devenant, au fil des années, la plus grande coopérative autogérée des Etats-Unis. Actuellement plus de 16.000 membres donnent 3 heures de travail par mois pour, en contrepartie, avoir le droit d’acheter une alimentation de très haute qualité à des prix extrêmement bas.

Tenir les caisses, la manutention, le ménage, la réception des marchandises, tout le travail nécessaire au fonctionnement de la Coop est accompli bénévolement par ses membres à hauteur de 75% de la totalité des taches à fournir.

La coordination d’une main-d’œuvre bénévole si massive est un travail colossal affiné par tâtonnements successifs pour devenir un système fonctionnel et innovant, quoique parfois chaotique du fait qu’il doit constamment s’adapter à de nouveaux problèmes ou réussites. On peut dire sans exagération que la PSFC constitue l’une des expériences socialistes les plus longues et les plus abouties des Etats-Unis.

Nous verrons vivre cette véritable institution qu’est devenue la Park Slope food Coop , son fonctionnement, ses multiples règlements. Nous suivrons les bénévoles, les réunions toujours très animées, les critiques apportées, les réflexions sur les tensions sociales aux Etats Unis. Nous verrons comment l’esprit enthousiaste qui anime la Park Slope Food Coop représente un potentiel de changement et comment la participation à la Park Slope Food Coop apprend viscéralement la démocratie aux gens qui la fréquentent.

En partenariat avec

Nous contacter

Une question, une remarque, une demande ? N'hésitez pas à nous laisser un message !