3 juillet 2017 Communication

Mais, pourquoi s’appeler l’éléfàn ?

© Nick Brandt - Eléphants marchants dans l'herbe, Amboseli 2008

La question est souvent posée et pourtant, peu de monde connaît l’origine du nom du futur super marché collaboratif de Grenoble. On vous en dit plus dans ce court article 😉

 

 

SUR L’ORTOGRAPHE

« L’éléfàn » est la traduction de « L’éléphant » en arpitan (ou franco-provençal), le patois englobant le savoyard, le dauphinois, le lyonnais. En traduisant son nom, nous avons souhaité rendre l’éléphant plus local.

SUR LE NOM

il existe une tradition, dans la longue histoire française des coopératives alimentaires, de désigner la coopérative par un nom d’animal. Cette tradition a été relancée dès la renaissance de ces projets en France et en Belgique : la Louve, la Chouette Coop, Bees Coop… Nous avons donc décidé de nous inscrire dans cette tradition.

Une fois la décision prise, les recherches ont commencé. Et ce fut un vrai casse-tête jusqu’au jour où nous avons pensé à Hannibal. En 218 av. JC., en provenance d’Espagne pour affronter Rome, Hannibal traversa les Alpes. Certaines hypothèses du trajet le font suivre l’Isère, de Valence jusque Chambéry, passant donc à travers la ville de Cularo, nom romain de Grenoble. La particularité de ce trajet : Hannibal montait des éléphants ! D’un coup, tous les engrenages se mirent en route !

L’éléphant, c’est la mémoire : l’éléfàn s’inscrit dans une longue histoire, et doit apprendre constamment sans rien oublier.

L’éléphant, c’est une société paisible, matriarcale : l’éléfàn va inventer sa propre société, ses règles et son fonctionnement, pour créer un environnement paisible et efficace.

Un éléphant est incapable de sauter : l’éléfàn doit avancer pas à pas, sans vouloir sauter les étapes !

Et enfin, un petit mythe amérindien à l’origine du nom du mouvement Colibris. Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

Sur le logo de l’éléfàn, nous avons ajouté un colibri pour le dernier engrenage : un éléphant c’est énorme ! Lorsque nous aurons atteint notre objectif de créer un super marché coopératif, nous serons nombreux et ferons chacun notre part pour éteindre l’incendie !

Crédits photo : Nick Brandt – Eléphants marchants dans l’herbe, Amboseli 2008

About the Author

Communication Référent de la Commission Communication

Nous contacter

Une question, une remarque, une demande ? N'hésitez pas à nous laisser un message !